Nous contacter

association@isae-alumni.net


Bureau de Paris

Le secrétariat sera fermé
du 27 juillet au 28 août inclus

01 40 71 09 09
35 Rue le Marois, Paris 16

  

Bureau de Toulouse

05 61 33 83 10
Campus ISAE SUPAERO

Bât. 61 - 1er étage - Bureau n°1201


Actualités

04/11/2016 Les junior-entreprises, ou quand les étudiants toulousains gèrent leur propre boîte - Section : Article

Nées sur les campus et tournées vers le monde professionnel, les junior-entreprises se développent à Toulouse. Zoom sur ces « mini-entreprises » 100% gérées par les étudiants.
   
On en compte 14 en Midi-Pyrénées, dont 12 uniquement à Toulouse. Les junior-entreprises fleurissent et se développent dans les universités et écoles toulousaines. Qu’elles soient implantées depuis des décennies, ou tout juste sorties du nid, ces « mini-entreprises » permettent aux étudiants de la Ville rose de découvrir l’entrepreneuriat, en réalisant des missions pour différents clients.

Créées sous la forme d’associations, ces junior-entreprises (aussi appelées « J.E. ») sont toujours liées à un établissement d’enseignement supérieur, par exemple les écoles de commerce, d’ingénieurs, ou encore une université. Leur fonctionnement s’inspire largement de celui des cabinets de conseil, contribuant à faire de ces entreprises en herbe une passerelle entre les études et le monde de l’entreprise.

Les junior-entreprises toulousaines, pérennes et dynamiques

100% gérée par les étudiants, chaque J.E. se compose d’un bureau de membres administrateurs, qui recrute parmi les élèves de son école des consultants pour réaliser des missions rétribuées. En France, toutes les junior-entreprises, 180 au total, sont coordonnées par la Confédération nationale des junior-entreprises (CNJE). On note d’ailleurs un fort dynamisme du mouvement à Toulouse.

Avant d’obtenir le statut de J.E., le plus prestigieux, les 12 mini-entreprises toulousaines ont dû suivre un processus de trois ans, passant d’abord par les appellations de « junior création », puis « pépinière ».

Des junior-entreprises surtout tournées vers une clientèle composée de petites et moyennes entreprises, mais aussi de grands groupes comme Airbus, pour lequel les J.E. de la TBS et de Supaero réalisent régulièrement des missions. « Nos clients sont principalement des petites structures, des start-ups, en majorité toulousaines, confirme Quentin Hovsepian, président de Supaero Junior Conseil, la J.E. de l’ISAE. Mais on essaye aussi de démarcher de grands groupes comme Zodiac et d’aller en région parisienne à l’occasion de salons comme Paris Air Expo. »

De la même manière, la junior-entreprise de Supaéro fait parfois appel à celle de la TBS pour des études de marché, ou à celle de Sciences Po pour du marketing social.

Plus que des associations, presque des start-ups

À Supaero, la junior-entreprise est même vue comme un lieu idéal pour acquérir des compétences moins présentes dans les enseignements. « C’est le cas du marketing et de la gestion de projet, note Benjamin Borderie, président de la Junior Insa Service. Notre école nous propose ces cours, mais dans des volumes peu importants par rapport aux cours techniques. La J.E. permet de remplir ce trou. »

 Beaucoup d’entrepreneurs ont besoin d’un œil neuf !

Actu côté Toulouse - du 03/11/2016 de Nelly Lesage

Bookmark and Share

Vous devez être logué pour laisser des commentaires.

Ajoutez un message personnel