Nous contacter

association@isae-alumni.net


Bureau de Paris

Le secrétariat sera fermé
du 27 juillet au 28 août inclus

01 40 71 09 09
35 Rue le Marois, Paris 16

  

Bureau de Toulouse

05 61 33 83 10
Campus ISAE SUPAERO

Bât. 61 - 1er étage - Bureau n°1201


Actualités

07/06/2019 Les drones de demain au rendez-vous à l’ISAE-SUPAERO - Section : Article

Cette seconde édition des Rendez-vous Aéro de l’Innovation, organisée par l’ENAC et l’ISAE-SUPAERO, s’est tenue dernièrement sur le thème de la fiabilité et la robustesse des drones. Cette journée d’échanges et de découvertes autour de domaines de recherche et d’innovation communs aux deux écoles a rassemblé plus d’une centaine d’acteurs de l’écosystème des drones.

Inventer les drones du futur, en définir les usages et en appréhender les risques cela se prépare. Parce que l’utilisation des drones dans l’espace aérien ne cesse de se diversifier et de s’intensifier, il devient essentiel de se questionner pour en assurer un développement fiable sûr et intelligent. Pour en débattre et dresser un état des lieux des avancées technologiques et réglementaires, les chercheurs de l’ENAC et de l’ISAE-SUPAERO ont invité leurs homologues académiques, mais aussi les industriels, startupers, entrepreneurs, décideurs locaux et représentants de l’autorité de réglementation du domaine.

Une journée aussi pour faire le point, après une première année d’existence, sur les travaux de la Fédération de Recherche formée par l’ISAE-SUPAERO, l’ENAC et l’ONERA autour de cette thématique. Les tables rondes sur les enjeux du secteur et les nouveaux usages des drones civils ont permis de débattre des améliorations technologiques et réglementaires à apporter pour un partage, en toute sécurité, de l’espace aérien.

Jean-Marc Moschetta (S 1987) professeur d’aérodynamique à ISAE-SUPAERO et co-organisateur de ces Rendez-vous explique, que « le défi actuel n’est plus de piloter un drone, mais de voler en toute sécurité et de résister aux aléas. L’évaluation des risques et l’amélioration de la sécurité des drones constitueront un enjeu majeur au cours des cinq prochaines années. Elles seront une clé du développement économique des activités humaines utilisant des drones. »

Tous les secteurs économiques sont concernés par l’utilisation des drones et l’amélioration de leur fiabilité. Les besoins du marché font la part belle aux micro-drones pour des missions de surveillance, d’inspection et d’observation. Le plateau de présentation des entreprises innovantes de la filière drone était représentatif de ce marché émergent.

De Air Marine, à Delair, en passant par Néoptera ou Boréal et Donecle, c’est une quinzaine d’exposants qui ont pu présenter leur société, produits ou axes de recherche à l’auditoire.

Les drones s’infiltrent dans tous les secteurs d’activités, industriel, agricole et environnemental. Pour ces applications, les innovations et les recherches doivent être pluridisciplinaires et concerner aussi bien la fiabilité de la machine volante, que celle des logiciels, algorithmes et ingénierie embarquée.

Pour Donecle, Delair ou encore Diodon, le recueil et le traitement des données est tout aussi important que la mécanique du vol pour les inspections d’infrastructures, la prévention des feux de forêts, les traitements agricoles, les observations de gisements miniers, et l’interprétation de la surveillance du territoire.

Aux côtés de ces entrepreneurs, place également à la recherche avec des projets sur des drones capables de voler sur Mars et ainsi constituer les yeux et le cerveau déportés d’un rover d’exploration martienne. Des études sur des drones entre bio-mimétisme et bio-inspiration sont aussi d’actualité. Pour réduire le problème de l’énergie embarquée, les chercheurs s’intéressent à l’extraction directe de l’énergie en utilisant les forces issues des variations de pression liées aux courants aériens pour reproduire la technique de vol des oiseaux pour des vols d’ultra-longue portée respectueux de l’environnement.

En effet, certains oiseaux comme les albatros peuvent atteindre des durées de vol et des portées exceptionnelles en exploitant les courants aériens sur les surfaces planes.

Deux programmes de doctorat conduits à l’ISAE-SUPAERO (V. Bonnin, 2015 ; N. Gavrilovic, 2018) ont fourni de nouvelles informations sur le mécanisme physique consistant à extraire de l’énergie des courants aériens dans le but de mettre en œuvre cette stratégie sur des drones à aile fixe. Un gain potentiel de 40 % a été identifié pour accroître la portée d’un drone en appliquant les stratégies de vol inspirées de l’albatros et d’autres espèces d’oiseaux et d’insectes.

Cette journée a favorisé la rencontre de chercheurs et doctorants, de start-ups et PME qui travaillent pour inventer le drone du futur et rendre possible cette révolution. Elle est également l’occasion de développer et d’intégrer des fonctions d’intelligence artificielle sûres, adaptables et robustes pour les futurs systèmes de drones. « La moitié de notre R&D est consacrée à l’intelligence artificielle » annonce Bastien Mancini, Directeur Général de Delair.

De nouveaux outils et méthodologies de conception et de qualification sont à venir. Ils permettront d’obtenir un comportement plus sûr et de garantir le respect des règles d’éthiques comme celles de la réglementation aérienne qui permettront d’aller vers une intelligence artificielle certifiable pour les drones.

Une révolution impérativement collaborative pour définir les nouveaux concepts et faire face aux usages innovants des drones.

 Photo : Table ronde « Comment répondre aux grands enjeux du secteur ? »

Source site ISAE-SUPAERO du 7 juin 2019

Bookmark and Share

Vous devez être logué pour laisser des commentaires.

Ajoutez un message personnel