News

Share with :
09 October 2020
Article

L'Isae-Supaero inaugure Innovspace, un lieu d'innovation et d'accueil des startups

View 52 times

L'école d'ingénieurs toulousaine ISAE-SUPAERO a aménagé un bâtiment de 800m2 pour initier ses élèves aux dernières innovations technologiques : imprimantes 3D, réalité virtuelle, centre d'ingénierie concourante... Le lieu accueille également huit startups et projets d'entrepreneuriat étudiant. Visite en images.

Malgré son fauteuil roulant, Philippe Carette est devenu pilote instructeur. Il doit s'aider d'un malonnier, une canne spécialement conçue pour actionner avec les mains les palonniers, autrement dit les pédales qui actionnent les commandes de vol de l'aéronef. Très peu d'appareils en France sont équipés de ce système. Le pilote a donc eu l'idée de créer un dispositif qui pourrait s'adapter à n'importe quel type d'avion. Il s'agit d'un système de commande de pilotage muni d'un levier supplémentaire et relié à la timonerie des palonniers qui peut être installé sans modification de l'avion.

"Il s'adresse dans un premier temps aux aéroclubs mais nous sommes aussi en discussion avec des industriels comme Thales", indique Philippe Carette, l'initiateur de cet "aéro-médalier". Pour préparer la certification, le pilote a travaillé avec des étudiants de troisième année de l'ISAE-SU7PAERO. "C'est l'un des exemples des projets qui peuvent être conduits au sein de l'Innovspace", commente Dan NGuyen, chargé de mission innovation et entrepreneuriat au sein de l'école d'ingénieurs toulousaine.

Imprimantes 3D et studio vidéo

Inauguré mardi 29 septembre, l'Innovspace est un bâtiment de 800 m2 implanté au coeur de l'établissement qui sera dédié à l'innovation et à l'entrepreneuriat. Au rez-de-chaussée, s'y trouve un espace prototypage avec des imprimantes 3D, des ateliers mécaniques et électroniques. "Dans toutes les usines aujourd'hui, on trouve ce type d'équipements, il est important que nos élèves aient accès à ces technologies", estime Dan NGuyen. L'Innovspace est également doté d'un Digital Lab.

« Il est équipé d'un studio avec un fond vert pour recréer un univers virtuel et un système de prise automatique de vidéos. Nous avons également du matériel de réalité virtuelle", ajoute le professeur. »

Préparer les étudiants aux métiers de demain

Plus atypique, l'ISAE-SUPAERO a fait le choix d'installer un centre d'ingénierie concourante.

« Sur les ordinateurs, nous avons projeté les trajectoires de la constellation Starlink de Space X. Avec la multiplication des objets dans l'espace, se développe le space trafic management (autrement dit la régulation du trafic dans l'espace). Avant d'envoyer un satellite en orbite, il faudra bientôt s'assurer qu'il y ait de la place sur l'orbite désirée. Le Cnes et Arianegroup ont leur centre d'ingénierie concourante. Il est important que les élèves disposent d'outils de formation pour se préparer aux métiers de demain", fait remarquer Matthieu Compin, directeur technique du centre spatial universitaire, un groupement d'intérêt scientifique qui regroupe l'Université Paul Sabatier, l'Enac, l'INP, l'Insa, l'Isae-Supaero et trois laboratoires (Onera, Laas-CNRS, Irap). »

À l'étage, un large open-space est dédié à l'accueil des projets entrepreneuriaux menés par des startups ou développés au sein de projets étudiants. Côté startup, la jeune pousse Hinfact a été fondée par deux anciens élèves de l'ISAE-SUPAERO. Ces derniers ont mis au point un dispositif d'oculométrie (eyetracking, en anglais) pour améliorer la formation des pilotes. Depuis une tablette, l'instructeur peut analyser les mouvements visuels du pilote et intégrer ses observations lors du débriefing à l'issue du cours.

La startup Dron'Aéro, initiée par Cyril Chiotasso (alumni de la promo 2001) planche sur un drone de traitement des vignes dédié aux surfaces en forte pente, difficilement accessible par les agriculteurs. "À partir d'un plan de vol déterminé, le drone va pulvériser directement les produits. Le système est activable à distance depuis une tablette", explique-t-il.

Côté projets étudiants, citons I-care qui a imaginé un bras robotique pour la capture de débris spatiaux et Solarboost, un vélomobile à assistance électrique dont le moteur est alimenté par panneau solaire.

L'ISAE-SUPAERO a investi au total 200 000 euros pour l'acquisition des machines et l'aménagement intérieur du bâtiment. Pour Olivier Lesbre, directeur général de l'ISAE-SUPAERO, l'Innovspace s'inscrit dans une longue tradition d'innovation au sein de l'école. "L'un des élèves de la première promotion a inventé en 1910 le premier avion à réaction. Certains de nos anciens élèves ont fondé des startups comme Diodon ou Donéclé ", conclut-il.

© 2020 La Tribune.



J'aime

Comments

You have to be logged in to leave a comment Log in